Stade Allianz Riviera

Des perquisitions à la mairie de Nice

Des perquisitions ont en lieu fin juin 2015 à la mairie de Nice, concernant des irrégularités financières présumées, liées à la construction du stade Allianz Riviera.

Ce stade est supposé accueillir des matchs lors de l’Euro 2016 de football.

L’enquête a été ouverte concernant le parteriat public privé du stade de Nice.

Des documents ont été saisis par la police judiciaire, selon la ville de Nice. La police est intervenue sur réquisition du parquet national financier.

Des perquisitions auraient eu lieu en parallèle en région parisienne sur ce même dossier.

Ces perquisitions font suite à une enquête préliminaire qui a été ouverte en janvier dernier, suite à un rapport de la CRC (chambre régionale des comptes) de la région PACA.

Selon le CRC, l’attribution du partenariat précité soulèverait des interrogations.

Plusieurs dossiers volumineux ont été pris par la police judiciaire en charge de la perquisition, selon un journaliste de l’AFP.

La mairie de Nice a d’ores et déjà fait savoir qu’elle envisagerait de se retourner contre Vinci.

La mairie de Nice précise qu’elle avait également saisi le parquet, suite au rapport du CRC.

La mairie a demandé à tous ses services de coopérer entièrement, et ce afin de garantir une transparence complète de ce dossier.

La ville de Nice pourrait se constituer partie civile si une infraction venait à être constatée à l’égard d’une des entreprises soumissionnaires ou d’un agent public.

A noter que c’est Vinci qui gère l’Allianz Riviera. Le stade, qui a été construit sur la plaine du Var, a coûté environ 250 millions d’euros. Cette somme comprend près de 70 millions d’euros de subventions publiques.

Une redevance de 8 millions d’euros doit être versée par la ville de Nice, dans le cadre du partenariat public privé. En retour, le concessionnaire doit entretenir le stade.

Ce stade avait déjà été pointé du doigt dans le passé, notamment suite à l’incident en fin 2013, lorsque des supporters de l’équipe de Saint-Etienne ont découpé des sièges, et les ont utilisé comme projectiles.

Partagez sur les réseaux sociaux